Notes


Matches 151 to 200 of 674

      «Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 ... 14» Next»

 #   Notes   Linked to 
151 Deux enfants Gerson, François (I1974)
 
152 died 22 years old de Creus, Isabella Aurelia (I4757)
 
153 Directeur du parc d'Enghien. Chargé en 1768 par le duc d'Arenberg, de, remettre en état le parc d'Enghien, si délabré que ce seigneur était sur, le pint de le sacrifier à la culture de rapport. Il s'en acquitta à la, plus grande satisfaction du propriétai Mussche, Louis Dominique (I830)
 
154 Dit wandelpad draagt de voetsporen uit het verleden van een zeer bijzondere, nederige en eenvoudige figuur, een mens met een vaste wil en een sterk geloof : Pieter de Rudder. Hij werd zwaar getroffen door een werkongeval op het landgoed van Burggraaf du Bus des Gisegnies. Dokters en specialisten hadden hem opgegeven maar op 7 april 1875 werd hij aan de Lourdesgrot te Oostakker mirakuleus genezen.
Het is bekend dat uit het adellijke geslacht van Straten omstreeks 1355 een zoon Iwein geboren werd die de titel Burchtheer van Jabbeke droeg. Te Jabbeke zal dus een sterke vesting of burcht gestaan hebben. In 1571 is er sprake van een echt kasteel : het kasteel van Haveskerke. Dit kasteel werd waarschijnlijk gebouwd tussen 1445-1450. Twee en een halve eeuw lang verbleven hier van Haveskerkes. Midden de 17de eeuw werd alles verkocht aan de heren van Caloen die er van toen af verbleven. Einde 18de, begin 19de eeuw werd het kasteel met het domein geërfd door de familie van Larebeke. Uit het nalatenschap van zoon Egidius van Larebeke kocht de vader van Alberic du Bus de Gisegnies alle Jabbeekse bezittingen op. Vader kwam nooit zelf op het kasteel wonen maar schonk het aan zijn zoon. Bij de dood van zijn vader kwam de gravin-moeder Victorina de Gisignies bij Alberic inwonen. Vandaar de adellijke naam du Bus de Gisignies. De vroegere bewoners droegen slechts de titel ridder, thans verbleven er graven. Het kasteel, verbouwd tot een nieuw kasteel door van Larebeke, was echter zodanig vervallen dat graaf Alberic in 1860 besloot een nieuw kasteel te bouwen. Op de binnenkoer van het oude slot, dat volledig gesloopt werd, bouwde men het derde kasteel.
Op 26 juli 1874 overleed graaf Alberic en zijn zoon Christiaan erfde alles. Als erfgenaam vernederde graaf Christiaan zich door te huwen met een burgervrouw. Kort daarop werd een dochtertje geboren, maar de graaf werd ernstig ziek. Zijn dienstknecht Pieter de Rudder was intussen mirakuleus genezen en de graaf besloot zijn genezing af te smeken door het bouwen van een kapel op dezelfde plaats waar het ongeluk van Pieter gebeurde. De graaf is gestorven in het jaar 1883. Zijn stoffelijk overschot werd bijgezet in de crypte van de kapel. De dochter van graaf Christiaan is later getrouwd met graaf Maximiliaan de Renesse. Uit dit huwelijk werden zes dochters geboren en uit een tweede huwelijk van graaf Maximiliaan nogmaals zes kinderen.
Nadat graaf Maximiliaan in 1951 overleed zijn al zijn bezittingen overgegaan op zijn eerstgeboren zoon uit zijn tweede huwelijk. Deze zoon was gehuwd met prinses de Mérode. Zij besloten het gebouw te vernieuwen aan de zuidelijke ingang van het domein in afwachting van het bekomen van de vergoeding voor oorlogsschade.
Door familiale omstandigheden is het eewuenoude prachtige domein tenslotte verkocht en jammerlijk verkaveld. Het kasteel werd gesloopt op dezelfde plaats waar nu de imposante villa Lettenburg.
Wie was Pieter de Rudder ?
Hij werd geboren te Jabbeke in 1823 en kwam later in dienst als tuinman bij burggraaf du Bus de Gisegnies. In 1867 snelde hij twee houthakkers ter hulp bij het vellen van een zware boom. Doordat de boom veel te snel viel, kwam Pieter de Rudder met zijn linkerbeen onder de vallende boom terecht. Zijn kuit- en scheenbeen waren net onder de knie afgeknakt. Men probeerde het gewonde been in een gipsverband te genezen. Door te hevige pijnen diende men het gips te verwijderen. Op twee plaatsen was het been door koudvuur aangetast. De arts die hem behandelde ging tenslotte te rade bij specialisten. Deze stelden vast dat alleen een amputatie de patiënt kon redden. Afzetten, nooit, riep Pieter. Acht jaar sukkelde hij verder, getroost door de goede zorgen van zijn vrouw. Dr. Vanhoestenberghe probeerde hem meermalen te overhalen om toch maar de amputatie te laten uitvoeren. In het been was ondertussen een kloof van drie centimeter ontstaan. Het gebroken been kon losjes bengelen als de slinger van een klok. Pieter de Rudder was een diepgelovig man en richtte zich enkel tot God. Hij hoorde vertellen over de nieuwe bedevaartsplaats Oostakker en gaf aan zijn vriend Pierre Blomme te kennen dat hij daarheen wilde op bedevaart.
Op 7 april 1875 om vier 's morgens sukkelde Pieter op zijn krukken, met de hulp van zijn vrouw, naar het twee kilometer verder gelegen station. De tocht duurde twee uren. Hij werd door drie personen, die hem zouden vergezellen, een derdeklas wagon binnengedragen. Tijdens de reis begon het been opeens hevig te bloeden. Te Gent trokken ze per huurkoets naar Oostakker. Pieter kreeg een plaatsje aan de grot, vlak voor het Mariabeel. Hij wilde, net als de andere bedevaarders, de gebedstocht rond de grot meegaan. Toen gebeurde iets ongeloofwaardig. Bewogen door een onverklaarbare kracht richtte hij zich op, wierp zijn krukken ver van zich af, stond en deed nog driemaal de gebedsronde rond de grot. Hij was genezen !
Onmiddellijk werd hij onderzocht. Men kon slechts vaststellen dat het been er volledig normaal uitzag. Het blijde nieuws deed snel de ronde en toen Pieter thuiskwam, werd hij triomfantelijk onthaald. De volgende dag reeds hervatte hij zijn werkzaamheden in zijn verwaarloosde tuin.
Pieter de Rudder leefde nog 22 jaar en overleed te Jabbeke op 22 maart 1898. Ruim een jaar later werd zijn stoffelijk overschot opgegeraven en de betreffende beenderen nauwkeurig onderzocht. Enkel een klein litteken bleef als getuige van het gebeurde. Een natuurlijk genezingsproces was uitgesloten. Het feit werd door de Kerk als mirakel erkend en was er de oorzaak van dat Oostakker uitgroeide tot de populairste bedevaartsplaats van Vlaanderen.
Bezienwaardigheden :

http://www.jabbeke.be/www_toerisme/wandelroutes.htm 
du Bus de Gisignies, Vicomte Albéric (I4924)
 
155 Dite Clémence Marquet, Marie-Thérèse Clémence (I1781)
 
156 Dite Elise Gilbert, Marie-Elisabeth (I2397)
 
157 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. GOEMAERE, V.A.F.M. (I7518)
 
158 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. N, N. (I6793)
 
159 Dont 3 enfants Ancion, Rolande (I16150)
 
160 Dont 5 enfants Demoulin, Marie-Françoise (I16151)
 
161 Dont 6 enfants Therasse, Marie-Barbe (I16181)
 
162 dont descendance Gué, Pierre (I6041)
 
163 Dont descendance de Prié, Marquis Gian Antonio Grand d'Espagne (I5195)
 
164 Dont descendance: voir testament de Henri Reding, frère de la mariée: je donne à mes neveux et nièces, enfants de ma soeur MArie-Françoise d'Esh le tronc, l'usufruit et la jouïssance leur vie durant du surplus d'arges me revenant de Mr Machuray Family F426
 
165 dont le notaire De Meulder à Anvers ? De Meulder, Petrus Louis (I5183)
 
166 dont postérité Lockhart, Francis (I6195)
 
167 Douteux: voir Catharina de RAet, qui aurait épousé le même Raye, Jean baron de Hennequeville (I5337)
 
168 Doyenné de Stavelot

Ce doyenné couvrait jadis villages et paroisses du triangle GRAND-HALLEUX /ST.VITH (Belgique), GOESDORF(Luxembourg) et ARZFELD(Allemagne) et comportait 211 localités dont 120 sont situées sur l?actuel territoire belge, 22 sur le territoire allemand et 69 au Luxembourg, raison pour laquelle nous avons adopté ce travail régional pour l?année de ?Luxembourg, Ville Européenne de la Culture 2007". Le travail a été réalisé par MM. Charel THIELEN, Fons WILTGEN et Georges EICHER et le document comptant quelque 365 pages peut être téléchargé après avoir passé votre commande.
Ci-jointes les 2 premières pages de la liste

Pour retrouver (presque tous) les lieux nous avons utilisé un programme ?ROUTE 66 Europe? qui nous a été d?une aide précieuse et que nous pouvons recommander dans ce domaine à tout chercheur exigeant.

Sur les cartes que nous avons produites sur cette base, nous avons marqué les paroisses en noir tandis que leurs localités filiales sont en rouge. Parfois les filiales sont partagées entre deux paroisses. Ceci provient probablement des propriétés foncières, des voueries des anciennes seigneuries et, - des seigneurs qui tenaient à avoir leur mot à dire dans la division ecclésiastique. Il est d?ailleurs étonnant que tout ce recensement de la population soit basé sur la déclaration des curés, de ce temps encore personnages ?de respect? des localités. Or il n?existait pas encore d?autorité civile laïque organisée et responsable de toute une localité, le mayeur n?étant redevable de comptes qu?à son seigneur foncier et le curé étant souvent le seul habitant tant soit peu lettré.

Il faut avouer que nous n?avons pas retrouvé toutes les petites dépendances filiales: soit le temps et l?usage ont changé de fond en comble leur nom, soit le greffier qui est à l?origine de notre document l?a déformé sans le vouloir d?une manière à le soustraire aux générations futures, soit c?est une désignation locale qui n?est pas entré dans l?usage des cartographes modernes. Parfois le nom se retrouve aujoud?hui dans la désignation d?une ruelle d?un village. L?orthographe de certaines localités ne semble d?ailleurs pas encore être bien fixée de nos jours. On trouve ainsi différentes variantes pour une même localité selon qu?on consulte une carte ou un prospectus touristique. C?est que le parler wallon, - et son orthographe singulière, - exerce encore largement son influence sympathique.


Il est intéressant de constater que les habitants de quelques villages sont occupés presqu?exclusivement à des professions spécifiques, p.ex. au colportage. Dans ce pays richement boisé des villages entiers se sont constitués pour assurer le ravitaillement des fonderies et de l?industrie sidérurgique de cette région en charbon de bois. Toute une ribambelle de charretiers se tient à leur disposition. C?est surtout le cas dans les environs de Vielsalm où même une ?Ville-du-Bois? voit le jour avec différentes annexes dont la plupart sont devenus aujourd?hui des rues ou des quartiers de moindre importance. A Salm-Château une Manufacture travaillant le bois occupe une trentaine d??ouvriers en bois? et quelques habitants des villages d?Ennal, de Grand-Halleux, de Hourt ou de Mont les vendent par la voie du colportage. Il s?agit en premier lieu d?écuelles, ?Holzschotelen?, (?Schotelskréimer?), des assiettes ou plutôt des bols en bois tourné pour recevoir le manger des pauvres gens. Souvenons-nous qu?à ce moment il n?existait pas encore de faïenceries au Luxembourg. Plus rares sont les fabricants de tabatières dont l?usage vient d?être introduit dans nos régions. Parfois on y trouve un ramasseur de peaux de lapin ou de gibier qui vend cette marchandise utile aux tanneurs après préparation adéquate.

En tout cas il faut constater que dans ces parages boisés vit une population qui ne craint pas le travail et a l?habileté d?inventer toutes sortes de ressources pour se débrouiller et pour nourrir sa famille. Nous les voyons très souvent vaquer à deux ou même trois métiers différents. La plupart des agriculteurs se font charretiers à la morte saison ou colportent les produits du terroir ou des marchandises de pacotille vers les villes et villages voisins. Serait-ce là l?origine chez nous du renom des amis belges d?être tous nés un peu marchands ?

Une curieuse industrie familiale, surtout à Salm-Château, consiste à fabriquer des ?pierres à raser? ou ?pierres à rasoir?, des pierres à texture très fine servant à aiguiser le ?coupe-choux? traditionnel; pierres en chiste jaune trouvées dans les parages de Lierneux-Vielsalm et travaillées à la main afin de bien présenter et de bien servir. Et encore nos colporteurs transportent ces fardeaux de village en village. Ce fut vraiment le pays des gagne-petit. D?un autre côté cette marchandise s?exportait pourtant à ce qu?il paraît jusqu?en Amérique!

De l?autre côté de l?Our, pays au sol plus fertile, c?est surtout la population paysanne qui prévaut avec les professions qui complètent l?univers agricole: à côté des domestiques, des journaliers, des vachers et bergers nous rencontrons le meunier, le charron, le maréchal; parfois un couvreur de paille ou un raccommodeur de pots et chaudrons s?y mêlent; rares sont le sculpteur ou le chamoiseur. Le marchand de tabac exerce une profession quasi d?avant-garde tandis que le faiseur de potasse se contente à fournir cet ingrédient jadis indispensable dans la fabrication de la poudre à canons. En somme un peuple paisible et actif, sans problème pour leur voisinage, tel que nous connaissons encore de nos jours ces gens appliqués et fidèles.

Du point de vue généalogie ces relevés nous montrent que les patronymes de chez nous se retrouvent très souvent de l?autre côté de nos frontières actuelles tellement artificielles. A les étudier on gagne une vue un peu plus réaliste sur les grandes familles aux noms bien sonnants de notre petit univers. Leurs racines se trouvent très souvent dans ces parages et leurs origines sont parfois des plus modestes. Nous pouvons d?autant plus apprécier les efforts d?ascension dans notre société de leurs ancêtres.

En tout cas l?étude de ce dénombrement nous offre une vue nouvelle sur nos régions et les alentours immédiats de notre pays. C?est un de ces travaux qui font se rapprocher les gens d?une région. Et je crois bien que c?est, au moins pour notre pays, un effort urgent à faire et un manque d?attention envers les gens de nos pays voisins qu?il s?agit de compléter au plus vite. - Fons WILTGEN
 
Marquet, Marc (I645)
 
169 E-mail van Verzender: koenvb7@hotmail.com Bericht: René-Louis-Marie-Jooseph-Corneille Leclef °26-9-1899 Hij was priester-leraar aan het St.-Stanislascollege te Berchem (Antwerpen). Tijdens WOII was hij lid van het verzet. In het college hield hij vergaderingen met de weerstand. U kan op pagina 168 een foto vinden van René Leclef in het volgende boek: de Ridder Files, Y. The quest for freedom. Belgian Resistance at World War II. Santa Barbara, 1991. De grootvader van Leclef René en de grootvader van Leclef Edmond (de kanunnik van kard. Van Roey) waren broers. -- Geplaatst door IP: 84.194.137.91 Leclef, René (I1061)
 
170 een rijk man, laatst koningsgezinde, burgemeester van Zalt-Bommel, welk ambt hij gedurende vele jaren bekleedde de Raet, Hendrik (I5500)
 
171 eervol ontslagen op 10 Maart 1712, nam als Fransch lieutenant deel aan de slag van Malplaquet, was daarna commandant van Rittberg de Raet, Alexander Wilhelm heer van Bögelscamp en de Berghorst (I5447)
 
172 élevé à la dignité de baron du S.E.R., conjointement avec son fils Henri, par diplôme de l'empereur Sigismond du 10 juin 1416 de Raet, Chevalier Jean (I4940)
 
173 Elle fut tellement effrayée par l'arrivée des sans-culottes, qu'elle en fit une fausse couche et décéda des suites de cette fausse-couche de Raet, Maria Helena Eleonora Francisca (I5482)
 
174 Elle mourut âgée de 99 ans Bourguignon, Catherine (I733)
 
175 Elle mourut âgée de 99 ans Bourguignon, Catherine (I733)
 
176 Elle n'avait pas voulu rejoindre son mari, exilé en Espagne, après la guerre....avait fait 5 ans de prison en Belgique et avait été libéré grâce à la nationalité française qu'elle avait gardé et surtout grâce à la très forte somme d'argent que la famille Lemay avait payé pour sa libération.
Elle parti pour le sud-ouest en France, à Eyliac dans le Périgord puis à Paris. 
Lemay, Marie Paule (I2060)
 
177 En 1836 au décès de son père, il reçut de son frère Jean Joseph la part qui revenait à ce dernier, ceci avec l'assentiment de leur beau-frère Laurent Lekeu. Il acheta une grande quantité de draps et parti vendre sa marchandise dans Eiffel.Son commerce prospéra si bien que 5 ans plus tard il pu rembourser son emprunt tout en ayant gagné un bon intérêt. Mais le démon du jeu s'étant emparé de lui, en 1851 ou 1852 il perdit toute sa fortune au casino de Spa. Ce serait la raison du décès de sa première épouse Family F723
 
178 en bas âge Cuvelier, MArie Catherine Joseph (I15938)
 
179 En dehors de la vie professionelle Joseph Desjonquères se passionait pour l'aviation. Il fut en 1909, avec son frère JEan, un de rares témoins du décollage historique de Blériot. Voyant que le temps était favorable, ils roulèrent la nuit et arrivèrent juste à temps pour aider Blériot à sortir son avion du ahnagr et à monter dedans.

C'était en outre un homme très cultivé, passionné de musique , jouant du violon. 
Desjonquères, Joseph (I6045)
 
180 en même temps que son fils Henri de Raet, Chevalier Jean (I4940)
 
181 Engagé par l'Etat Indépendant du Congo comme commis de seconde classe, il s'embarquait à Anvers le 6 octobre 1896. Le 31 octobre, à son, débarquement en Afrique, il recevait sa désignation pour les Stanley Falls. Il s'y montra un agent exemplaire et se vi Reding, Louis Nicolas Ferdinand (I2619)
 
182 enterré à Oostmalle du Bus de Gisignies, Chrétien-Henri-Honoré-Léonard écuyer (I4932)
 
183 entre la chapelle de Saint Jean et l'autel de la Sainte Croix sous
pierre que ses héritiers édifièrent et qui porte l'épitaphe suivante:

Hic requiescat reverendus admodum ac amplissimus Dominus, Dominus
Antonius Englebert, presbyter, S.T.B.F. primus Lovaniensis renunciatus
anno 1918 philosophiae in pedagogio Lilii professor annis 20, hujus
exemptae Ecclesiae Cathedralis S. Bavonis Canonicus annis 22, jurium
Universitatis Lovaniensis defensor zelosus: vivere desiit 29 januarii
1764 a° aetatis 68.
requiescat In Pace. 
Englebert, Antoine Joseph (I3206)
 
184 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. Gilbert de Cauwer, V.E.G.G. (I16240)
 
185 Epoux de Jeanne-Joseph JAQUET (x 5/5/1761, Onhaye) dont 2 enfants Leclef, Guillaume (I442)
 
186 Epouxc de Jeanne HONTOIR (6/2/1731) dont 7 enfants Leclef, Perpète (I396)
 
187 est arrivé à Baillonville ds l'armée américaine Englebert, Charles (I3259)
 
188 Est-ce Barbe, mariée à Pierre Joseph DENAER le 30/10/1756 Delacharlerie, Marie-Barbe (I416)
 
189 Eugénie Josephine selon Généalogie G. Minette
Dont 4 enfants 
Culot, Eugénie Josephine (I16167)
 
190 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. SALPETEUR, A.M.H. (I6517)
 
191 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. de Breyne, A.F.M.A.M. (I16229)
 
192 fieffé de Woortmortel par la mort civile de son frère et relief du 22 mai, 1734. Licencié ès lois, avocat au conseil de Hainaut, homme de fief du, comté par dréation du 14 août 1737, greffier du baillage d'Enghein en, 1738-1739, propriétaire par relief fa Cuvelier, Michel Joseph (I15958)
 
193 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. Mareschal, B. (I9415)
 
194 filiation incertaine Leclef, Perpète (I6979)
 
195 At least one living or private individual is linked to this note - Details withheld. BONAERT d'Hoop, Baronne S.F.C. (I6498)
 
196 fils de
MARTIN François, notaire
LILIEN Therèse
Luxembourg
Parrain: LILIEN Antoine François, Luxembourg
Marraine: KUFFER Marie Catherine, Luxembourg 
Martin, Antoine (I7844)
 
197 fils de
MARTIN François, notaire
LILIEN Thérèse
Luxembourg
Parrain: SCHOCKWEILER J.Jos.François Charles, Proff.a Echtern. pastor a, Berg
Marraine: de GERDEN Marie Marg.Ernestine, Luxembourg 
Martin, Charles Joseph François (I7843)
 
198 fils de
MARTIN Jean Louis
CHRISTNACH Anne Marie
Fischbach Rendeux et
Parrain: CASSAL, DE J. Bapt. Ant. Jérôme *, baronJ,
Marraine: CASSAL, DE Pétronille *, 
Martin, Théodore (I7807)
 
199 fort jeune de Cauwer, Jeanne (I2442)
 
200 fort jeune de Cauwer, Beijken (I2441)
 

      «Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 ... 14» Next»